July 21, 2012

Lettre à Maître Chichery

Cher Maître,

Histoire de rappeler que je ne vais tuer personne, je constate aujourd’hui Samedi 21 juillet 2012, que le nom de mon voisin du dessous, qui m’agressa le 16 mars 2011, ne figure plus ni sur l’interphone, ni sur sa boîte aux lettres, et que, comme si quelqu’un avait eu besoin d’accéder à celle-ci tout en n’ayant pas la clé, elle est en ce moment cambriolée. De plus, je suspecte le bac en bois qui sert aux locataires de l’immeuble à jeter les publicités dont ils veulent se débarrasser, de, au vu de ce qu’il s’est mangé, s’être pris pour George Clooney. 





Veuillez agréer, Cher Maître, l’expression de mes sentiments les plus respectueux.

P.s : Maître Brugière... L’originale lettre de présentation du roman que j’ai envoyé à quelques modestes grands éditeurs Parisiens, qui me trouvent prétentieux, et que j’ai jointe aux documents que je vous ai fournis, n’a l’air de rien, parce que ce n’est pas un Picasso : c’est un Santamaria. Amicalement.




Dear Master,

To remind that I am not going to kill someone, I notice today Saturday July 21 2012, that the name of the neighbor in the apartment below mine, who aggressed me the Mars 16, 2011, is no more on the interphone, nor on his letter box, and that, like if someone needed to access it without having the key, she got burglarized. In addition, I suspect the wooden box, used by the tenants of the building to throw the advertisements they don’t want, to, when you see what he ates, have pretend that he’s George Clooney.



P.s : Master Brugière… The quite original presentation letter that I sent to several modest great publishers in Paris, who estimate that am too pretentious to be published, and that I joined to the documents I gave you, looks like nothing because it’s not a Picasso : It’s a Santamaria. Amicably.






 
 
Copyright © Ö
Blogger Theme Minimalized by God.